Accueil - Plan du site

Le bruit    

Le bruit est un problème qui concerne tout le monde, dans l'environnement domestique comme dans l'environnement du travail. Il est à l'origine de nombreuses surdités mais aussi d'autres pathologies (stress, fatigue...). Pourtant, de multiples moyens d'action peuvent être mis en place sur le lieu de travail pour limiter l'exposition des salariés.

Quelques définitions

Les sons
Les sons sont des vibrations de l'air qui se propagent en ondes acoustiques. Ils sont définis par leur fréquence, exprimée en Hertz (Hz).
          Vibrations rapides = fréquence élevée = son aigu
          Vibrations lentes = fréquence faible = son grave

L'audition
L’oreille comprend trois parties ayant des fonctions distinctes d’inégale importance :
l’oreille externe, pavillon et conduit auditif, guide le son jusqu’au tympan, membrane séparant l’oreille externe de l’oreille moyenne, dont le rôle est de capter les variations de pression sonore, comme le fait la membrane d’un micro ;
l’oreille moyenne, constituée par une chaîne de 3 osselets - le marteau, l’enclume et l’étrier - transmet les mouvements du tympan à l’oreille interne ; elle est en communication avec le milieu extérieur par la trompe d’Eustache habituellement fermée et s’ouvrant à la déglutition ;
l’oreille interne est au cœur du système auditif ; c’est un milieu liquide renfermant deux ensembles fonctionnels distincts : le vestibule, organe de l’équilibre, et la cochlée (ou limaçon), dédiée à l’audition.
La cochlée abrite environ 15 000 cellules sensorielles ciliées qui ont un rôle déterminant dans l’audition. Par l’intermédiaire de ces cellules, la cochlée exerce une triple action :
- elle amplifie les vibrations qui lui parviennent,
- elle analyse ces mêmes vibrations et les oriente en fonction de leur fréquence vers les fibres nerveuses qui lui sont connectées,
- elle transforme l’énergie vibratoire en influx nerveux.
L’influx nerveux généré par la cochlée est conduit jusqu’aux aires auditives du cerveau par un faisceau de fibres nerveuses. Le cortex cérébral interprète le message nerveux qu’il reçoit, et génère la sensation auditive, image perceptive du message sonore capté par l’oreille.

On parle de bruit lorsqu'un ensemble de sons est perçu comme gênant. Cela en fait une notion subjective : le même son peut être utile, agréable ou gênant selon qui l'entend et à quel moment. Au-delà d'une certaine limite (niveau sonore très élevé), tous les sons sont gênants voire dangereux.

Le niveau du bruit
On mesure physiquement le niveau du bruit en décibels.
Pour prendre en compte le niveau réellement perçu par l'oreille, on utilise un décibel "physiologique" appelé décibel A, dont l'abréviation est dB(A). Exemples : 80 dB(A) = seuil de nocivité (pour une exposition de 8h/j) et 120 dB(A) = bruit provoquant une sensation douloureuse.
Dans les niveaux très élevés, l’oreille humaine ne filtre pas les bruits de la même manière. On prend en compte cet effet en utilisant comme unité le décibel C, noté dB(C).
Les mesures se font principalement à l'aide de sonomètres. Attention ! Les niveaux sonores ne s'ajoutent pas, ils se "composent". Exemple : Lorsque 2 machines qui font le même bruit fonctionnent simultanément, le fait d'en arrêter une diminue le niveau de bruit de 3 dB(A) seulement.

Les risques
Pour une journée de travail (8 heures), on considère que l'ouïe est en danger à partir de 80 dB(A). Si le niveau de bruit est supérieur, l'exposition doit être de plus courte durée. Si le niveau est extrêmement élevé (supérieur à 135 dB(A)), toute exposition, même de très courte durée, est dangereuse.

Fatigue auditive
A la suite d’une exposition à un bruit intense, on peut souffrir temporairement de sifflements d’oreilles ou de bourdonnements (acouphènes) ainsi que d'une baisse de l'acuité auditive. Les dégradations de l’audition se situent en particulier au niveau du haut médium et de l'aigu, ce qui donne la sensation d’écouter avec "du coton dans les oreilles". Cette fatigue auditive demande quelques semaines sans surexposition au bruit pour disparaître. Le bruit est cause de fatigue même sous les seuils réglementaires.
Surdité
L'exposition prolongée à des niveaux de bruits intenses détruit peu à peu les cellules ciliées de l'oreille interne. Elle conduit progressivement à une surdité, dite de perception, qui est irréversible. L'exposition à certains solvants, dits ototoxiques, peut amplifier ce phénomène. Dans ce cas, la chirurgie n'est d'aucun secours. L'appareillage par des prothèses électroniques se contente d'amplifier l'acuité résiduelle, il ne restitue pas la fonction auditive dans son ensemble. Son efficacité reste donc limitée.
La surdité peut être reconnue comme une maladie professionnelle selon des critères très précis.
Effets non traumatiques
Le bruit peut aussi entraîner des effets "non traumatiques" ou "extra-auditifs", c'est-à-dire néfastes pour d'autres fonctions que l'audition. Les effets non traumatiques du bruit se manifestent aux niveaux physiologique et comportemental.
Exemples :
Selon les études épidémiologiques, les troubles cardiovasculaires, en particulier l'hypertension, sont plus fréquents chez les travailleurs exposés au bruit.
L'exposition au bruit pendant le travail a des conséquences négatives sur la qualité du sommeil. Le bruit interfère avec la fonction "récupératrice" du sommeil et peut entraîner une fatigue chronique.
Le bruit peut aussi constituer un facteur de stress au travail dans la mesure où il est chronique, imprévisible et incontrôlable. La gêne liée au bruit est aussi associée à l'insatisfaction au travail, à l'irritabilité, à l'anxiété, voire à l'agressivité.
Enfin, le bruit détériore la performance des travailleurs dans les tâches cognitives, surtout lorsqu'elles sollicitent la mémoire à court terme.

Selon un sondage réalisé par l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail début 2005, il ressort que 67 % des actifs français se disent dérangés par le bruit sur leur lieu de travail. Les secteurs les plus concernés sont l'industrie et la construction où les salariés atteints de surdité le sont de façon irréversible.

Pour conclure, aujourd'hui, le bruit est devenu une réelle pollution, à la ville et à la campagne : voitures, tondeuses, télévisions, chaînes Hi-Fi, voisins, autoroutes, aéroports. créent un environnement sonore nuisible pour l'équilibre humain.

Plus d'un Français sur deux (54 %) se déclare gêné par le bruit lorsqu'il est chez lui. Les transports sont la première source de nuisance sonore, surtout dans les grandes villes, tandis que les habitants de cités ou de grands ensembles souffrent du bruit provoqué par leurs voisins (enquête INSEE, octobre 2002). En fait, le bruit apparaît comme une fatalité, une rançon due au progrès. Or, il n'en est rien.
Cette situation n'est pas nouvelle. D'ailleurs dès 1992, la « loi bruit » a été mise en application. Son objectif est de prendre les mesures préventives et / ou correctives pour éviter toute nuisance sonore. Cette loi vise tous les secteurs d'activités, les transports, la gêne due aux bruits de voisinage, etc.


Des références de sites Internet vous sont proposés dans ce chapitre concernant le bruit, tous les aspects concernant ce vaste sujet ne pouvant pas être abordés dans leur totalité.

Sites de référence (liste non exhaustive)
"Halte au bruit !". Semaine européenne pour la santé et la sécurité au travail 2005 :
http://osha.europa.eu/fr/campaigns/ew2005/
Organisation mondiale de la santé (OMS) : http://www.who.int/fr/
Société française d'acoustique : http://sfa.asso.fr
Audition Infos : www.audition-infos.org
Centre d'information et de documentation sur le bruit (CIDB) : www.bruit.fr
Bruits de voisinage : loi du 31 Décembre 1992 : http://www.bruit.fr/FR/info/Bruits%20de%20voisinage/0300
 

} Introduction

} L'eau

} Le bruit

} Les déchets

} Le recyclage

} Divers : quelques thèmes
     Les haies
     La forêt

Retour Accueil 

Retour Plan du site

Retour Entrée site

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mairie de Coulandon - 10, Place du Bourg - 03000 Coulandon - Téléphone : 04.70.44.50.09 - Fax : 04.70.44.63.62 - E-Mail : mairie-coulandon@pays-allier.com